Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 18:55

Le philosophe y répond, à sa manière, dans un texte réactualisé. A la condition express d’une laïcité respectée par tous, « notre culture peut ouvrir davantage son universalité potentielle et accepter l’idée d’une France multiethnique et multiraciale, qui en s’ouvrant aux diverses couleurs de peau, demeurera aux couleurs de la France. »


©Edgar Morin pour Ideeajour.fr/Mention obligatoire


Les quatre naissances de la France

 

Edgar Morin (source : Olivierroller.com)

Les origines mythico-réelles de la France, telles que les enseignent les livres d’histoire pour écoliers, ont un caractère de complexité étonnant. La première naissance reconnue est gauloise : divisée jusqu’à la conquête romaine, la Gaule se forme en s’unissant contre l’envahisseur. Aussi l’histoire future retient Vercingétorix comme le premier héros national. Mais le moment de formation précède de peu le moment de la désintégration puisque Vercingétorix une fois vaincu et immolé, la Gaule devient romaine. Or, dans notre mythologie nationale, Rome n’est pas considérée comme la puissance ennemie occupante, mais comme la co-formatrice, dans l’intégration mutuelle des deux composantes, d’une seconde naissance, celle d’une entité nommée justement gallo-romaine qui absorbe en elle la latinité dans la langue et la civilisation.

À cette seconde naissance va succéder une troisième, au coeur du chaos d’invasions qui s’installe dans la décomposition de l’Empire romain. Clovis est l’opérateur mythique de cette troisième naissance. Ce roi franc va donner à la France le nom qui semble définir la francité face à la germanité, puisque Clovis est désigné par les chroniqueurs ultérieurs comme le vainqueur des Alamans dans la bataille de Tolbiac (496) ; converti au christianisme et sacré à Reims, il apparaîtra comme le fondateur de la France chrétienne. Mais ce n’est pas Clovis qui a battu les Alamans et les Francs étaient un peuple germanique dont la langue était telle. En fait Clovis opéra la troisième naissance de la France en y intégrant la substance germanique et en y instaurant le christianisme.

La quatrième et véritable naissance a lieu en 987 avec le règne d’Hugues Capet. Cette naissance est paradoxale, car c’est l’espace proprement royal ne couvre que l’Ile de France, l’Orléanais et la région de Senlis. Le reste est divisé en plusieurs fiefs en fait indépendants, ethniquement et linguistiquement très divers, du comté de Bretagne au duché de haute Lotharingie, du comté de Flandre au comté de Provence.

La francisation ne s’est pas effectuée seulement en douceur, mais elle ne s’est pas effectuée seulement par la force. Il y a eu brassages et intégration dans la formation de la grande nation. L’identité française n’a pas impliqué la dissolution des identités provinciales, elle a effectué leur subordination, et elle comporte en elle l’identité de la province intégrée, c’est-à-dire la double identité.


Une idée certaine de la France

La Révolution française a apporté à la francisation une légitimation républicaine : en opérant une substitution de souveraineté, le peuple se proclame souverainement "grande nation" à la fête de la Fédération du 14 juillet 1790 où les représentants de toutes les provinces déclarent solennellement leur volonté d’être français. Dès lors la France incorpore, en sa nature même, un esprit et une volonté. La France, sans cesser de demeurer un être terrestre, devient un être spirituel et cela d’autant plus qu’avec le message de la déclaration des droits de l’homme, l’idée de France comporte désormais, dans sa singularité même, l’idée d’universalité. D’où l’amour que l’idée de France a inspiré à tant de proscrits, humiliés et persécutés dans le monde. La polémique franco-allemande sur l’Alsace-Lorraine, au cours du XIXe siècle, affermit la conception spirituelle de l’identité française. Alors que l’Allemagne considère comme sienne cette terre germanique de langue et de culture, la France la reconnaît sienne par son esprit et sa volonté d’adhésion. C’est bien l’idée volontariste et spiritualiste de la France que la Troisième République a fait triompher sur les idées de race, de sang, de sol que lui oppose le parti anti-républicain, dont du reste les trois composantes, monarchiste, catholique, xénophobe vont se dissocier.


La francisation par intégration d’immigrés

Aussi, dans le cadre intégrateur de la Troisième République, la francisation se poursuivra au XXe siècle, mais de façon toute nouvelle, non plus à partir de territoires annexés ou ralliés, mais à partir d’immigrants venus des pays voisins. La France est alors le seul pays d’Europe démographiquement déclinant, où de plus les terres les moins fertiles sont abandonnées par leurs habitants. Cette situation attire les premières vagues d’italiens et espagnols. La troisième République institue alors les lois qui permettent aux enfants d’étrangers nés en France de devenir automatiquement français et facilitent la naturalisation des parents. L’instauration, à la même époque de l’école primaire laïque, gratuite et obligatoire permet d’accompagner l’intégration juridique par une intégration de l’esprit et de l’âme. Dans ce sens, le "nos ancêtres les Gaulois" que l’on a fait ânonner aux enfants d’immigrés ne doit pas être vu seulement dans sa stupidité. Ces Gaulois mythiques sont des hommes libres qui résistent à l’invasion romaine, mais qui acceptent la culturisation dans un Empire devenu universaliste après l’édit de Caracalla. Dans la francisation, les enfants reçoivent de bons ancêtres, qui leur parlent en même temps de liberté et d’intégration, c’est-à-dire de leur devenir de citoyens français.

Ainsi le processus multiséculaire de la francisation a formé la France. Au cours de ce processus, la Révolution française a introduit dans le code génétique de l’identité française un principe spirituel et l’idée d’universalité. Ce qui signifie que le ressourcement français, compris dans cette logique historique, n’est pas un processus de rejet et de fermeture.

Il y a eu certes des difficultés et de très grandes souffrances et humiliations subies par les immigrés, vivant à la fois accueil, acceptation, amitié, et refus, rejet, mépris, insultes. Des réactions xénophobes n’ont pu toutefois empêcher le processus de francisation, et, en deux et au plus trois générations, les Italiens, espagnols, polonais, juifs laïcisés de l’est et de l’orient méditerranéen se sont trouvé intégrés jusque dans et par le brassage du mariage mixte. Ainsi, en dépit de puissants obstacles, la machine à franciser laïque et républicaine a admirablement fonctionné pendant un demi-siècle. Est elle rouillée aujourd’hui ? Rencontre t’elle des problèmes nouveaux qu’elle ne peut résoudre ?


Les difficultés nouvelles

 

« En troisième lieu, le problème de la francisation se pose aujourd’hui dans le contexte d’une crise de la civilisation urbaine. Cette crise que subit le plus gros de la population française y favorise les rejets et les agressivités, ce qui favorise chez les récents immigrés le repli ghettoïque, la refermeture sur les solidarités d’origine, et la constitution de bandes adolescentes ethniquement fermées sur elles-mêmes. »

Le problème n’est donc pas, dans son principe, celui de la quantité d’immigrants. Le problème est celui du maintien de la force de la culture et de la civilisation française. Il est inséparable du problème que pose le devenir de la société française.

Nous avons dit que la culture urbaine et l’éducation sont des facteurs fondamentaux de la francisation des immigrés. Mais la ville est en crise, l’éducation se sclérose. Le délabrement de civilisation est à la fois le problème de fond de notre société et le problème de fond de la francisation.

Une culture forte peut intégrer, mais non dans des conditions de crise économique et morale. Tout est lié aujourd’hui : politique, économie, civilisation. On commence à voir le lien entre ville-banlieues-logement-atomisation-jeunes-drogues-immigrés-chomeurs, bien que chacun de ces problèmes comporte sa spécificité.

 

« Une politique de civilisation viserait à régénérer les cités, à réanimer les solidarités, à susciter ou ressusciter des convivialités, à régénérer l’éducation. Ces quelques orientations ne formulent pas des solutions, elles indiquent une direction. »

Avicenne, à la suite d’Hippocrate, disait qu’il faut traiter les causes d’une maladie et non ses symptômes. Mais il disait aussi que quand le malade est au plus mal, il faut traiter d’urgence les symptômes. Aussi, il est aujourd’hui nécessaire de réduire les symptômes (logements, crédits, loisirs, sports, etc...), mais il ne faut pas pour autant oublier les problèmes de fond, qui nécessitent l’élaboration d’une politique de fond : une politique de civilisation.
Une politique de civilisation viserait à régénérer les cités, à réanimer les solidarités, à susciter ou ressusciter des convivialités, à régénérer l’éducation. Ces quelques orientations ne formulent pas des solutions, elles indiquent la nécessité de penser ces problèmes de fond, qui demeurent d’autant plus en creux qu’ils sont recouverts de paroles creuses ; elles indiquent une direction.

Il ne faut pas exclure l’hypothèse que nous soyions submergés par des crises en chaîne, et qu’alors des régressions économiques, sociales, politiques entraîneraient l’arrêt de la francisation. Une progression économique, sociale ou politique comporterait au contraire d’elle-même la poursuite de la francisation.

Enfin, il est nécessaire de situer le problème de l’immigration dans son contexte européen. Tous les pays d’Europe sont aujourdhui en crise démographique, tous les pays occidentaux et nordiques comptent des populations immigrées. Le modèle français de naturalisation et d’intégration scolaire pourrait donc devenir un modèle européen, qui permettrait à l’Europe de rajeunir démographiquement et d’assumer sa nouvelle et future condition de province planétaire. De plus une citoyenneté européenne permettrait aux immigrants d’accéder à une multi-identité nouvelle, tout en provincialisant leur origine extra-européenne. Et, même au sein de cette conception européenne, l’originalité française demeurera, puisque, répétons le, l’histoire de France se confond avec l’histoire de la francisation.

Ici encore, la prospection d’un avenir nécessite le retour aux sources. D’où notre conviction : continuer la France millénaire, la France révolutionnaire, la France républicaine, la France universaliste, c’est aussi continuer la francisation. C’est continuer l’originalité française dans l’intégration européenne.

Mais une telle continuation nécessiterait une profonde régénération politique et culturelle. De toute façon, la route sera longue, difficile, aléatoire, et il y aura encore du sang et des larmes.

©Edgar Morin pour Ideeajour.fr/ mention obligatoire

Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans réflexion actualité
commenter cet article
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 12:17
Ce matin dans ma boîte aux lettres j'ai reçu un exemplaire de Valeurs Actuelles avec une offre d'abonnement.
Là il faut croire que certains commerciaux auraient bien besoin de revoir leurs fichiers de prospects.
Le plus grand danger justement en matière de fichiers est là. Nous sommes à la merci d'une erreur de saisie. Quand je vois le nombre de fois qu'il a fallu faire refaire des papiers à cause d'erreurs de recopie des renseignements fournis sur des formulaires remplis en majuscules (des permis de conduire, des passeports, expériences vécues) ça fait froid dans le dos.
Au Royaume Uni ils envisagent de faire figurer toutes les personnes qui exercent un métier en rapport avec des enfants (enseignants, éducateurs) sur des fichiers qui recensent déjà des délinquants sexuels (on fait de la prévention ou on n'en fait pas, et si on ne veut pas y figurer, y a qu'à changer de métier !). Bonjour en cas d'erreur !

Voici ci-dessous une liste certainement non exhaustive des fichiers utilisés actuellement.
Bonne chance à tous. Et ceux qui fêtent la chute du mur comme la libération d'un peuple soumis à la Stasi, ils m'amusent beaucoup !

AGADIR : Direction Générale des Finances Publiques, contrôle fiscal.
AGDREF : Application de Gestion des Dossiers des Ressortissants Etrangers en France.
AGRIPPA : Application nationale de Gestion du Répertoire Informatisé des Propriétaires et Possesseurs d'Armes.
ANACRIM : logiciel d'analyse criminelle.
ARAMIS : suivi des titres de circulation délivrés aux personnes.
BB 2000 : Bureautique Brigade 2000.
CIBLE : Comparaison et d'Identification Balistique par Localisation des Empreintes.
COG-RENS : Centres Opérationnels et de Renseignement de la Gendarmerie.
CRISTINA : Centralisation du Renseignement Intérieur pour la Sécurité du Territoire et des Intérêts Nationaux.
DELPHINE : premier traitement de données biométriques à visée administrative en France.
EDVIRSP : Exploitation Documentaire et Valorisation de l'Information Relative à la Sécurité Publique.
FAC : Fichier Automatisé des Casinos et salles de jeux.
FAED : Fichier Automatisé des Empreintes Digitales.
FAR : Fichier Alphabétique des Renseignements.
FBS : Fichier Brigades Spécialisées).
FCA : Fichier Central des Automobiles.
FICOBA : Comptes Bancaires et Assimilés.
FICP : Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers.
FIJAIS : Fichier Judiciaire Automatisé des auteurs d'Infractions Sexuelles.
FIP : Fichier d'analyse d'Images Pédopornographiques.
FIT : Fichier Informatisé du Terrorisme.
FNAEG : Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques.
FNCI : Fichier National des Cartes d'Identité.
FNFM : Fichier National du Faux Monnayage.
FNI : Fichier National des Immatriculations.
FNPC : Fichier National des Permis de Conduire.
FNPE : Fichier National Personnes nées à l'Etranger.
FNT : Fichier National Trans-frontières.
FOS : Fichier Objets signalés.
FPIS : Fichier Personnes Interdites de Stade.
FPR : Fichier Personnes Recherchées.
FS-POR : Fichier Suivi des Personnes faisant l'Objet d'une Rétention Administrative.
FSCPB : Fichier Service Centrale des Prélèvements Biologiques.
FTIVV : Fichier Traitement des Images des Véhicules Volés.
FTPJ : Fichier Travail de la Police Judiciaire.
FVVS : Fichier Véhicules Volés et Signalés.
GERFAUT : Gestion Electronique des Reconduites à la Frontière Audiencées en Urgence par les Tribunaux.
HOPSY : internements psychiatriques.
INSEE : Répertoire national d'identification des personnes physiques.
JUDEX : Système de Traitement des Infractions Constatées de la Gendarmerie Nationale.
PULS@R : projet Andromède de la Gendarmerie.
RMV : Réseau Mondial des Visas.
SALVAC : Système d'Analyse des Liens de la Violence Associée aux Crimes.
SCPPB : Service Central de Préservation des Prélèvements Biologiques.
SDRF : Suivi des titres de circulation délivrés aux personnes sans Domicile ni Résidence Fixe.
SIS : Dystème d'Information Schengen.
STIC : Système de Traitement des Infractions Constatées de la Police Nationale.
RAPACE : Répertoire Automatisé Pour l'Analyse des Contrefaçons de l'Euro.
SITRAM : Fichier des Douanes qui recense tous les transports internationaux.

Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans réflexion actualité
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 15:07

Ca y va aujourd'hui les célébrations pour la chute du mur ! On n'entend plus que ça partout sur les radios et les télés au point qu'on finit même par avoir peur de brancher le fer à repasser !
Et règne un grand silence sur les autres murs qu'on continue à ériger :

CELUI QUI ASSURE LA SPOLIATION PAR LES TURCS DES BIENS DU PEUPLE CHYPRIOTE EN COUPANT NICOSIE EN DEUX depuis 1975 !


CELUI QUI PARQUE LES SAHRAOUIS ET LES PRIVE DE LEUR LIBERTÉ, CONTRE LE POLISARIO DEPUIS 29 ans


CELUI QUI PARQUE LES PALESTINIENS ET CONSTITUE A JAMAIS LA HONTE DU PEUPLE ISRAÉLIEN depuis 4 ans


CELUI QUI SEPARE LE MEXIQUE DES USA : 1126 KM




Ceux là séparent les riches des pauvres.


Des nostalgiques en ex RDA ?

Disons qu’avant ils faisaient la queue devant des magasins vides avec l’espoir d’un arrivage. Aujourd’hui ils font la queue devant des agences de recrutement qui n’ont rien à proposer. Les queues se sont juste déplacées. C’est sûr qu’au début ils ont fait la fête en pouvant accéder à des magasins disposant de tout en abondance, surtout ceux qui avaient de quoi dépenser. Maintenant ils déchantent. Et ils sont comme nous, ils voient les choses se dégrader, le social est une peau de chagrin. Eux qui avaient un système de soin que nous pourrions envier aujourd’hui. Dans un système comme dans l’autre, c’est une poignée d’individus qui s’approprient tout et qui laissent crever la majorité. C’est dans notre monde occidental que tout se dégrade et nous n’avons même pas de mur au-dessus duquel sauter pour y échapper. Bon courage et bonne chance à tous.

Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans réflexion actualité
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 19:20

Quelques chiffres :

Disparités hommes-femmes dans le monde du travail :

-deux tiers des emplois peu qualifiés ou non reconnus comme tels sont occupés par des femmes ;

-80% des salarié(e)s touchant moins que le smic sont des femmes à 75% en temps partiel ;

-82% des salariés à temps partiel sont des femmes ;

-les salaires des femmes sont en moyenne inférieurs de 25% à ceux des hommes ;

-42% des mères isolées vivent sous le seuil de pauvreté.


Déclarations de David Douillet :
(extraits de son livre  L’Ame du conquérant, paru chez Robert Laffont en 1998.)

"Pour moi, une femme qui se bat au judo ou dans une autre discipline, ce n’est pas quelque chose de naturel, de valorisant. Pour l’équilibre des enfants, je pense que la femme est mieux au foyer."

:"C’est la mère qui a dans ses gènes, dans son instinct, cette faculté originelle d’élever des enfants. Si Dieu a donné le don de procréation aux femmes, ce n’est pas par hasard".

"De fait, cette femme-là, quand elle a une activité professionnelle externe, pour des raisons de choix ou de nécessité, elle ne peut plus jouer ce rôle d’accompagnement essentiel. (...) Je considère que ce noyau est déstructuré. Les fondements sur lesquels était bâtie l’humanité, l’éducation en particulier, sont en partie ébranlés".

Enfin, il ajoute : "On dit que je suis misogyne. Mais tous les hommes le sont. Sauf les tapettes !".


Et un témoignage trouvé sur un forum. Il montre que les rapports hommes-femmes ne sont pas forcéments meilleurs lorsqu'ils mettent en cause des personnes d'un niveau d'études élevé.

Centre hospitalo-universitaire en région parisienne
Je connais mon métier par cœur. Vingt-cinq ans de salle d’opération, qui dit mieux ? En tant qu’infirmière de bloc opératoire circulante, je suis garante du bon fonctionnement de l’intervention et j’ai pensé hier que c’était le moment d’associer une jeune étudiante infirmière de première année qui est là depuis trois semaines et qui apprend à la vitesse grand V.

Pourtant quand le patron est arrivé, il s’est mis à hurler : « Tu es irresponsable ! Pourquoi cette fille ? C’est une petite opération, mais quand même ! » Et j’ai vu la jeune fille se liquéfier sur place, morte de honte d’être là où on ne l’attendait pas, morte de honte d’être rejetée ainsi avec fracas.
« Mais, monsieur, ai-je tenté de répliquer, vous acceptez bien des internes qui ont trois jours de présence dans le service.
Peut-être, mais ce sont des médecins.»

Je me suis sentie profondément humiliée. Je sais ce que je fais et la présence de cette jeune infirmière n’aurait en rien menacé le bon déroulement de l’opération. Jamais il n’aurait ainsi mis en doute le professionnalisme d’un infirmier.

C’est quand même un bon médecin. Peut-être doit-il évacuer son stress de cette façon ? Et puis après, il se rattrape. En sortant du bloc, il m’a dit : « Alors, ma grand-mère, comment vas-tu ? » et il a mis ses mains sur mes deux seins, en les pinçant gentiment. C’est comme pour Sylvie à qui il a demandé si elle avait ses règles quand elle tirait la gueule. Il faut dire qu’il venait de la virer du bloc en disant que les instrumentistes, cela ne servait à rien. Mais, après, il lui a fait un petit bisou dans le cou et lui a mis le bras autour de la taille, pour s’excuser. Quand j’ai raconté ça à une copine, prof dans un collège, le « pouet pouet » sur les seins l’a beaucoup choquée. Moi, je n’y fais plus attention. C’est tellement habituel, surtout quand j’étais plus jeune. Mais c’est le «Tu es irresponsable ! » qui ne passe pas. On veut bien les excuser mais on n’est pas là pour se faire insulter.

Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans réflexion actualité
commenter cet article
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 15:01



Nous avons un message d'espoir à faire passer. A qui ? Pas à ceux qui sont perchés sur les remparts de leur suffisance, blindés de certitudes.

Aux autres.....

Ceux qui se disent : à quoi bon aller voter ? Le malheur c'est que souvent ils n'ont pas le moyen de s'acheter un ordinateur, ils ne liront pas ces lignes, ils n'auront que les médias de masse pour s'informer. Leur jugement sera calibré comme tous les produits que nous achetons, homologué communauté européenne.

Ils n'iront peut-être pas voter et laisseront leur voix à ceux qui les exploitent même lorsqu'ils sont au chômage.

Ceux qui ont intérêt à ce que le fort (riche) continue à écraser toujours plus le faible (pauvre), ceux-là iront voter, il ne manquera pas une voix dans leur camp.

En face de nous, nous avons des hommes et des femmes que la haine de soi, la haine de l’autre, de tous les autres, la soif perpétuelle de plus de pouvoir, la soif perpétuelle de plus d’argent ont transformé en robots froids qui ont perdu la petite puce "humanité". Ces gens là ne baisseront jamais les bras, ne baisseront jamais la garde. La haine conserve. Leur haine de tous ceux qui ne sont pas comme eux, qui ne pensent pas comme eux, qui ne sont pas riches comme eux leur sert de colonne vertébrale, leur sert de respiration. Ces gens restent entre eux, se soutiennent et se serrent les coudes quoi qu’il arrive. Au moment voulu, ils sont une masse informe et compacte. Et nous européens, nous venons d’être écrasés par cette masse informe. Nous devons nous relever et nous unir, surtout rester unis et réussir à convaincre tous les apathiques, les aquoibonistes de nous rejoindre et de former à notre tour une belle masse compacte de forme humaine qui étouffera la masse informe. Cela sera long, dur mais cela vaut la peine.

Il y a aussi malheureusement ceux qui se croient du côté du manche. Des petits patrons et même des professions libérales, des petits commerçants, des artisans. Ils travaillent, eux ! Ils se croient les seuls d'ailleuirs, les autres n'étant à leurs yeux que des profiteurs. Ils méprisent même les salariés et quand ils dénigrent les fonctionnaires "planqués", c'est en fait l'ensemble des salariés qu'ils visent. Pour eux les salariés en général n'ont pas à se faire du souci, la paye tombera de toute façon à la fin du mois, alors qu'eux doivent chasser les contrats, trouver des clients, se faire payer. Ils oublient que les salariés sont en première ligne au moindre revers de l'entreprise, pire, celle-ci les jette même quand elle fait des bénéfices énormes. Obnubilés par les résultats de leur entreprise, ils ne voient pas plus loin que les échéances mensuelles et annuelles. Ils se disent en prise avec la dure réalité mais ils ignorent superbement ceux qui doivent affronter des fins de mois qui commencent le 15.

Attention, ces "patrons" là, ceux des PME à 5 ou 10 salariés, dépendants à 1000% des grosses boîtes du CAC 40 ou d’ailleurs, dont ils sont devenus, par la sous-traitance, de serviles esclaves complètement dépendants. Ils sont aveuglés par leurs soucis immédiats.Ils ne se rendent pas compte qu'ils n'ont pas d'avenir à moyen terme. Ils disparaîtront comme a disparu le petit commerce au profit des grandes surfaces.

Et en plus, leurs déconfitures ( réelles, la plupart du temps) servent de paravent aux affaires florissantes des gens mondialisés. BRAVO !

Ils misent sur Parisot et le MEDEF, leur banquier, et tant d’autres, ils feraient mieux d’ouvrir les yeux et de voir que leurs vrais alliés ce sont bien leurs salariés. Espérons que la casse aura au moins servi de leçon à certains sur ce point. Mais ce n'est même pas sûr. Il est inutile d'essayer de convaincre des gens comme ça, ils sont comme ceux qui sont adeptes de sectes. Il y a un côté suicidaire dans leur entêtement.

Nous laisserons le mot de la fin à l'excellent Bill Maher, autre présentateur d'émission à la télé US, qui a résumé bien des choses en une phrase :

"The Democrats have moved to the right, and the right has moved into a mental hospital."

Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans réflexion actualité
commenter cet article
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 22:52

Deux mondes se côtoient et s'ignorent superbement, voire se haïssent.

On le voit aux réactions de certaines personnes à qui on tend un tract et qui nous regardent comme une merde sur le trottoir.

Que ces personnes sachent que leur mépris ne peut pas nous atteindre.


Les oiseaux de passage


C'est une cour carrée et qui n'a rien d'étrange :
Sur les flancs, l'écurie et l'étable au toit bas ;
Ici près, la maison ; là-bas, au fond, la grange
Sous son chapeau de chaume et sa jupe en plâtras.

Le bac, où les chevaux au retour viendront boire,
Dans sa berge de bois est immobile et dort.
Tout plaqué de soleil, le purin à l'eau noire
Luit le long du fumier gras et pailleté d'or.

Loin de l'endroit humide où gît la couche grasse,
Au milieu de la cour, où le crottin plus sec
Riche de grains d'avoine en poussière s'entasse,
La poule l'éparpille à coups d'ongle et de bec.

Plus haut, entre les deux brancards d'une charrette,
Un gros coq satisfait, gavé d'aise, assoupi,
Hérissé, l'œil mi-clos recouvert par la crête,
Ainsi qu'une couveuse en boule est accroupi.

Des canards hébétés voguent, l'oeil en extase.
On dirait des rêveurs, quand, soudain s'arrêtant,
Pour chercher leur pâture au plus vert de la vase
Ils crèvent d'un plongeon les moires de l'étang.

Sur le faîte du toit, dont les grises ardoises
Montrent dans le soleil leurs écailles d'argent,
Des pigeons violets aux reflets de turquoises
De roucoulements sourds gonflent leur col changeant.

Leur ventre bien lustré, dont la plume est plus sombre,
Fait tantôt de l'ébène et tantôt de l'émail,
Et leurs pattes, qui sont rouges parmi cette ombre,
Semblent sur du velours des branches de corail.

Au bout du clos, bien loin, on voit paître les oies,
Et vaguer les dindons noirs comme des huissiers.
Oh ! qui pourra chanter vos bonheurs et vos joies,
Rentiers, faiseurs de lards, philistins, épiciers ?

Oh ! vie heureuse des bourgeois ! Qu'avril bourgeonne
Ou que décembre gèle, ils sont fiers et contents.
Ce pigeon est aimé trois jours par sa pigeonne ;
Ca lui suffit, il sait que l'amour n'a qu'un temps.

Ce dindon a toujours béni sa destinée.
Et quand vient le moment de mourir il faut voir
Cette jeune oie en pleurs : " C'est là que je suis née ;
Je meurs près de ma mère et j'ai fait mon devoir. "

Elle a fait son devoir ! C'est à dire que oncque
Elle n'eut de souhait impossible, elle n'eut
Aucun rêve de lune, aucun désir de jonque
L'emportant sans rameurs sur un fleuve inconnu.

Elle ne sentit pas lui courir sous la plume
De ces grands souffles fous qu'on a dans le sommeil,
pour aller voir la nuit comment le ciel s'allume
Et mourir au matin sur le coeur du soleil.

Et tous sont ainsi faits ! Vivre la même vie
Toujours pour ces gens-là cela n'est point hideux
Ce canard n'a qu'un bec, et n'eut jamais envie
Ou de n'en plus avoir ou bien d'en avoir deux.

Aussi, comme leur vie est douce, bonne et grasse !
Qu'ils sont patriarcaux, béats, vermillonnés,
Cinq pour cent ! Quel bonheur de dormir dans sa crasse,
De ne pas voir plus loin que le bout de son nez !

N'avoir aucun besoin de baiser sur les lèvres,
Et, loin des songes vains, loin des soucis cuisants,
Posséder pour tout cœur un viscère sans fièvres,
Un coucou régulier et garanti dix ans !

Oh ! les gens bienheureux !... Tout à coup, dans l'espace,
Si haut qu'il semble aller lentement, un grand vol
En forme de triangle arrive, plane et passe.
Où vont-ils ? Qui sont-ils ? Comme ils sont loin du sol !

Les pigeons, le bec droit, poussent un cri de flûte
Qui brise les soupirs de leur col redressé,
Et sautent dans le vide avec une culbute.
Les dindons d'une voix tremblotante ont gloussé.

Les poules picorant ont relevé la tête.
Le coq, droit sur l'ergot, les deux ailes pendant,
Clignant de l'œil en l'air et secouant la crête,
Vers les hauts pèlerins pousse un appel strident.

Qu'est-ce que vous avez, bourgeois ? soyez donc calmes.
Pourquoi les appeler, sot ? Ils n'entendront pas.
Et d'ailleurs, eux qui vont vers le pays des palmes,
Crois-tu que ton fumier ait pour eux des appas ?

Regardez-les passer ! Eux, ce sont les sauvages.
Ils vont où leur désir le veut, par-dessus monts,
Et bois, et mers, et vents, et loin des esclavages.
L'air qu'ils boivent feraient éclater vos poumons.

Regardez-les ! Avant d'atteindre sa chimère,
Plus d'un, l'aile rompue et du sang plein les yeux,
Mourra. Ces pauvres gens ont aussi femme et mère,
Et savent les aimer aussi bien que vous, mieux.

Pour choyer cette femme et nourrir cette mère,
Ils pouvaient devenir volaille comme vous.
Mais ils sont avant tout les fils de la chimère,
Des assoiffés d'azur, des poètes, des fous.

Ils sont maigres, meurtris, las, harassés. Qu'importe !
Là-haut chante pour eux un mystère profond.
A l'haleine du vent inconnu qui les porte
Ils ont ouvert sans peur leurs deux ailes. Ils vont.

La bise contre leur poitrail siffle avec rage.
L'averse les inonde et pèse sur leur dos.
Eux, dévorent l'abîme et chevauchent l'orage.
Ils vont, loin de la terre, au dessus des badauds.

Ils vont, par l'étendue ample, rois de l'espace.
Là-bas, ils trouveront de l'amour, du nouveau.
Là-bas, un bon soleil chauffera leur carcasse
Et fera se gonfler leur cœur et leur cerveau.

Là-bas, c'est le pays de l'étrange et du rêve,
C'est l'horizon perdu par delà les sommets,
C'est le bleu paradis, c'est la lointaine grève
Où votre espoir banal n'abordera jamais.

Regardez-les, vieux coq, jeune oie édifiante !
Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu'eux.
Et le peu qui viendra d'eux à vous, c'est leur fiente.
Les bourgeois sont troublés de voir passer les gueux.

 

 Jean Richepin

Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans réflexion actualité
commenter cet article
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 17:21

"Travailler plus pour gagner plus" n'est pas seulement un slogan mensonger, trompeur, démagogique puisque les salariés gagnent moins, sont poussés au chômage partiel, au Pôle Emploi, au stress, à la dépression et au suicide. C'est aussi un slogan mortifère. Il faut travailler moins pour travailler mieux. Et tous.
Gérard Filoche inspecteur du travail.
Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans réflexion actualité
commenter cet article
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 11:51



Et si on commençait l'article par une question-sondage du genre :


Y a-t-il trop de journalistes ?


La réponse est dans la question. On l'a tellement fait le coup là à propos des fonctionnaires (trop nombreux ? des Nantis ? les malades et les chômeurs sont-ils des paresseux ? etc...). Et on voit aujourd'hui le résultat de cette propagande partout où on a réduit le nombre des infirmières et des enseignants et ce n'est qu'un début.

Oui, la question se pose. On aurait pu poser d'autres questions du même acabit comme le magazine Le Point sait si bien faire lorsqu'il a usé de ses sujets maronniers du genre : les salaires des cadres francs-maçons qui choisissent les meilleurs lycées ou hôpitaux.


Exemple : les journalistes sont-ils des agents de propagande ?

Les banquiers sont-ils des voleurs ?

Les privatisations ne profitent-elles pas d'abord aux fortunés qui ont de l'argent à placer ?

Les cotisations que les patrons versent au MEDEF sont-elles considérées aussi comme des "charges" ?


Revenons à la question : Ya-t-il trop de journalistes ?


Parce que si on fait le tour de la presse (lisez Le Plan B qui en fait l'analyse critique), ne lit-on pas presque partout à peu près la même chose en parcourant l'éventail des publications les plus diffusées, de la "sensibilité" de droite vers la "gauche" ?

Du Point à Libération les mêmes commentaires : trop de fonctionnaires, trop d'impôts, le code du travail pléthorique qui entraîne une insécurité juridique des entreprises, entraves à la France dans la compétition mondiale etc.... Ces thèmes ont été diffusés au départ par le front national contre lequel on a un jour défilé en masse et voté à 82% pour Chirac. On peut maintenant se demander pourquoi.

Ces thèmes sont aujourd'hui mis en application (sauf la peine de mort mais....) et nous les subissons de façon dramatique jusqu'à l'explosion finale.

Si les journaleux disent tous la même chose, pourquoi s'étonnent-ils si on lit moins la presse écrite par exemple ? Faut-il autant de journaux qui disent la même chose ?


En fait, des vrais journalistes indépendants, il en existe et ils ne sont pas assez nombreux. On les lit souvent sur internet et c'est pour cela que le pouvoir en place déteste tellement ce mode d'expression qui se pose en bastion de la liberté d'expression.
Ils prêchent souvent dans le désert, se débattent souvent dans des procès intentés par des crapules qu'ils dérangent. Il faut les soutenir chaque fois que nous le pouvons.

Quelques définitions sur la presse :

La presse n'est libre qu'envers les faibles ou les gens isolés.

(Balzac)


Campagne médiatique de presse (définition donnée par Raoul Villette dans son livre  "La langue du capital") :

-publicité donnée par les médias à quelque "grande cause" derrière laquelle se profilent généralement de puissants intérêts, ou offensive coordonnée contre un politicien ou une mesure politique.

 

Et enfin un mot du journaliste New Yorkais John Swinton qui, le 25 septembre 1880, refusa de porter un toast à la liberté de la presse et s’en expliqua ainsi :

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! » (Cité dans : « Labor’s Untold Story », de Richard O. Boyer and Herbert M.Morais, NY, 1955/1979).

 

Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans réflexion actualité
commenter cet article
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 21:45
Que voulons nous au NPA? : en gros notre but final, c'est une nouvelle
société autogérée où chacun occuperait une fonction utile (travail) à temps
réduit, et des activités créatrices, une société où la jouissance des
"richesses" produites serait intégralement partagée.

Pour ce faire, il faut nous approprier l'ensemble des moyens de production
au moins au niveau européen, mettre en place des mécanismes démocratiques
qui soient d'authentiques garde-fous à toute dérive élitiste ou
bureaucratique. En français: interdire la prise de pouvoir à tout groupe de
grande gueules et partager ce pouvoir entre tous, à tous les niveaux de la
société.

Utopie ? JAMAIS !!!
Même si c'est encore lointain, c'est plus que jamais dans l'histoire à
portée de main et ça arrivera un jour, dans 10 ans ou dans 500 car qu'elle
en soit consciente ou non, toutes les fibres de l'humanité sont aspirées
vers ce meilleur monde.

Comment faire pour y parvenir, accélérer le processus et ainsi éviter un
certain nombre de catastrophes sociales et écologiques en cours et à venir ?
: il faut rassembler !! C'est pour cela qu'aujourd'hui, nous ne pouvons
faire l'impasse sur aucun combat et c'est le rôle d'un parti, contrairement
à une association qui aurait un objectif ou des publics ciblés.

Ainsi, le NPA va ESSAYER, je dis bien ESSAYER,  dans les prochains mois de :

- participer aux actions et coordonner les marches nationales et régionales
contre la précarité en association avec les mouvements de chômeurs
-participer et coordonner les actions contre le changement climatique et
contre le nucléaire en prévision du sommet de Copenhague et en association
avec les mouvements écolos
- participer à la défense du bifteck des salariés du privé en association
avec les boîtes en lutte et même avec les syndicats là où ce sera possible
- participer et coordonner les actions de défense des services publics avec
les collectifs de défense qui se mettent en place ça et là
-participer aux actions de défense des sanspapiers et des exclus de toute
sorte en association avec RESF ou le DAL

j'en passe et des meilleures !

Chacun dans ce parti, peut trouver sa place et agir dans le secteur qui lui
convient le mieux ou dans tous les secteurs et à la manière qui lui convient
le mieux.

Enfin j'espère !

Amicalement

claude


Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans information
commenter cet article
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 12:26

Tract diffusé par nos camarades de Bourgogne

Pas de pays sans paysans !

Octroyer 280 € la tonne pour le prix du lait, c’est imposer un revenu inférieur à 1000 euros (voire sous le seuil de pauvreté) et la disparition des exploitations agricoles : il n’en restera que 30 000 en 2015 contre 90 000 aujourd’hui.. Voilà ce qui se cache derrière la suppression des quotas et la contractualisation que défendent Bruno Lemaire et les membres de la Commission européenne au nom d’une pseudo-nécessaire modernisation de la production. La logique de la Commission est celle de la concentration, du productivisme entraînant l’intensification des pollutions et de l’endettement. Seuls les grands actionnaires et les grands patrons de l'agroalimentaire et de l'agrofourniture y trouveront leur compte.

C'est pourquoi le NPA de Haute- Côte d’or soutient toutes les actions qui revendiquent le maintien des quotas et leur répartition équitable entre les producteurs, la sortie du modèle productiviste et l'ajustement de la production aux besoins de la population, le contrôle démocratique des marges des transformateurs et des distributeurs. La crise agricole nous affecte tous car nous avons besoin d'un monde rural vivant, des aliments de qualité  et de proximité, payé à un juste prix aux producteurs.
....................................
Nos commentaires :
Les agriculteurs de notre secteur sont confrontés à un autre problème : la prolifération des sangliers qui occasionnent des dégâts importants aux cultures.
Cela cause des frictions avec les chasseurs. Des deux côtés le ton monte. Une manifestation de chasseurs a eu lieu hier à Commercy.
Manifestement il existe des désaccords sur la manière de nourrir les sangliers sauvages (agrainer) et de gérer leur nombre. Les sangliers trop nombreux causent des déséquilibres au niveau de la faune sauvage dans laquelle ils font aussi de nombreux dégâts, menaçant la biodiversité, ce que déplorent les écologistes.
Une question : quand on chasse, on tire sur des animaux d'élevage ou sur des animaux sauvages ?
En ce qui concerne les faisans, on sait ce qu'il en est lorsqu'au petit matin on est obligé de faire fuir des faisans attardés sur la route, pour pouvoir passer.
Et une couche pour les agriculteurs qui n'ont de cesse de raser les haies partout où ils le peuvent privant la faune sauvage d'abris pour nicher et nidifier. Quand ils essaient de nous faire croire qu'ils entretiennent la nature, ils poussent un peu ! Et quand ils déversent des tonnes de légumes devant les préfectures, ils défendent leurs revenus, ils réclament des aides, mais ne pensent pas à ceux qui en France sont obligés de faire les poubelles pour améliorer leur quotidien et qui se font mettre en examen pour vol à cause de cela. Là il y a scandale.
Ces agriculteurs comprendront-ils un jour qu'ils seront en masse victimes de leurs propres idées libérales ?
Nous ne sommes pas contre les agriculteurs mais nous critiquons les méthodes et les opinions de certains d'entre eux.

Heureusement il existe des agriculteurs responsables et nous les soutiendrons en commençant par acheter leurs produits. Ces agriculteurs là ne traitent pas d'assistés les pauvres qui touchent des aides.

Et on peut étendre le débat à tous ces petits entrepreneurs, artisans, commerçants qui ne vont pas tarder à comprendre qu'ils ont voté pour quelqu'un qui est seulement au service des très gros. Eux seuls tireront leur épingle du jeu.
Les petits, sarkozistes dérisoires, disparaîtront dans le grand tourbillon qui va engloutir les classes moyennes.
Comme disait l'autre : "la pêche aux moules, c'est fini !".

Repost 0
Published by NPA-COMMERCY - dans environnement
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de NPA-COMMERCY
  • : Compte rendu des activités du comité NPA de Commercy (texte et images). Exposé des opinions de ses membres. Débats internes et externes. Dates des prochains rendez vous.
  • Contact

A LA UNE

 

Deutsch

 

English

      Librairie du NPA :

27 rue Taine 75012 Paris

Tel : 01 49 28 52 44

http://la-breche.com/catalog

Le seul geste anti système; méfiez vous des imitations

 le-poing-leve-un-symbole-une-histoire

 BURE : PROCHAIN RENDEZ-VOUS à 

 

Contacts : Burestop 55 : 06 86 74 85 11

Bure Zone Libre : 03 29 45 41 77

EODRA : 06 16 27 14 91

Mirabel Lorraine Nature Environnement : 03 29 75 19 72 et 09 81 98 30 12

      poutou1

http://poutou2012.org/-Portrait

 

 

 

Le droit de la Presse étendu aux blogs par la Cour de cassation (site Rue89) 

 

Une application pour android qui permet d'avertir ses proches si on s'est fait arrêter dans une manif :

https://market.android.com/details?id=us.quadrant2.arrested

 

Producteurs locaux :

  Connaissez-vous Samuel et Nicolas Fromont ?

Maraîchers producteurs en agriculture raisonnée.

Les bons twitts de la semaine  (le coin du geek) :

Ces électeurs de gauche complexés par le #Fhaine qui te disent ils faut les comprendre , comprendre quoi le racisme ? l'antisémitisme ?

Grosse victoire du FN, présent au second tour dans 0,33% des villes.

Depuis un mois il y a UNE GREVE PAR JOUR EN ALLEMAGNE, pour les salaires et les conditions de travail.

"Voter, c'est se choisir un maître."

Élisée RECLUS (1830-1905)

François #Léotard appelle à bâtir un #mur contre le #FrontNational. On espère que cette fois il gardera les #factures de ses travaux.

En écoutant Harlem Désir je me dis qu'une branlée c'est pas suffisant, il en faudra au moins 4 ou 5 pour que ça rentre #FranceInter

Une petite américaine renvoyée de son école pour manque de féminité http://bit.ly/1l6C5ZE 

Propositions UMP contre chômage : Fin des 35H, contrat de travail précaire pour tous et indemnités chômage en baisse http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130426.OBS7274/l-ump-propose-de-liberer-le-travail-pour-revenir-au-plein-emploi.html …

8 millions de chômeurs en France mais Bruno Le Maire et l'UMP croient encore que c'est par manque de motivation.

suppression de la demi-part pour les veuves, votée sous Sarkozy mais effets douloureux maintenant.

La fortune de L.Bettencourt s'est accrue de 3,4 milliards € entre 2012 & 2013

Le coût annuel du RSA tourne autour de 3,8 milliards €

Des tigres mis à mort pour le plaisir de riches Chinois - Lindépendant.fr http://www.lindependant.fr/2014/03/27/des-tigres-mis-a-mort-pour-le-plaisir-de-riches-chinois,1864388.php …

Parlons du coût du #capital et des #actionnaires ! | RT @Inachi46400 Arrêtez de parler du coût du travail !

De toute façon, à partir du moment où il faut payer un salarié, c'est déjà trop cher... #MEDEFstyle

Lebranchu "les électeurs nous ont dit qu'on donne trop aux patrons" & "nous allons baisser les charges & c'est courageux" #Inter Consternant

Le #FMI a commencé à "aider" l'#Ukraine.

-10 % des effectifs de la fonction publique

gel des retraites et des salaires

hausse du prix du gaz

#DPDA a commencé l'émission sur ..25% de Français voudraient une Dictature 

-À six ans : « Je veux être astronaute ! » 

-À 22 ans : « C’est avec grand enthousiasme que je postule à votre stage non-rémunéré. »

Les arbres morts ne pourrissent pas à Tchernobyl, et c'est un vrai danger | Slate http://www.slate.fr/monde/85211/arbres-pourrissent-pas-tchernobyl-danger-nucléaire …

Le Royaume-Uni gagne 3 pts de PIB sur la France en adoptant le mariage gay à l'unanimité sans manifestations débiles.

La déflation arrive en Espagne. L'Europe sombre, mais nos dirigeants vont continuer comme ça, et encore plus vite.

Libye d'aujourd'hui plus vivable que celle de Khadafi ? L'Irak plus vivable que celui de Saddam ? L'Afghanistan des Talibans ? 3 fois non.

Attention si le #FN gagne dans votre ville, il faudra reculer votre montre de 74 ans. #mainsbrunes

Au moment où Merkel introduit le Smic en Allemagne, le brillant Pascal Lamy prône les petits boulots pourris à la Schröder #lagauche

Savoureuse #anagramme d'Etienne Klein : Les agences de notation ont pour anagramme La conne gestion des A http://www.franceculture.fr/emission-le-monde-selon-etienne-klein-publications-scientifiques-je-publie-donc-je-suis-2014-04-03 …

ARRÊTEZ de prendre le #PS ou #Hollande pour des débiles. Ne sont pas incompétents de Gauche, sont compétents de Droite 

Maison de la résistance à Bure :

 

Prendre contact avec : BZL  Bure Zone Libre

Tel : 03 29 45 41 77

mail : leherissonvengeur@gmail.com

  burezoneblog.overblog.com

 anti-aeroport

 

 

1989 38 1

 

PIAULE EMPLOI2-5-94c48







Chez votre marchand de journaux ou par abonnement, le journal du NPA

A lire absolument, tous les deux mois
siteon0


 

Recherche

Twitter

TWITTER
@commercynpa

FACEBOOK :
commercynpa

Archives

Nous contacter

06 22 05 09 24
claude.kaiser@stopbure.com
parti.commercynpa@laposte.net

Catégories